Le droit de lire ... albanélisé !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le droit de lire ... albanélisé !

Message  Non2 le Lun 31 Oct - 0:17

Connaissez-vous cette fiction, publiée en 1997 par Richard Stallman, intitulée "Le droit de lire" ?

Richard Stallman a écrit:
Le droit de lire

Extrait de « The Road to Tycho », une collection d'articles sur les antécédents de la Révolution lunaire, publiée à Luna City en 2096.

Pour Dan Halbert, la route vers Tycho commença à l'université — quand Lissa Lenz lui demanda de lui prêter son ordinateur. Le sien était en panne, et à moins qu'elle puisse en emprunter un autre, elle échouerait son projet de mi-session. Il n'y avait personne d'autre à qui elle osait demander, à part Dan.

Ceci posa un dilemme à Dan. Il se devait de l'aider — mais s'il lui prêtait son ordinateur, elle pourrait lire ses livres. À part le fait que vous pouviez aller en prison pour plusieurs années pour avoir laissé quelqu'un lire vos livres, l'idée même le choqua au départ. Comme à tout le monde, on lui avait enseigné dès l'école primaire que partager des livres était malicieux et immoral — une chose que seuls les pirates font.

Et il était improbable que la SPA — la Software Protection Authority — manquerait de le pincer. Dans ses cours sur les logiciels, Dan avait appris que chaque livre avait un moniteur de copyright qui rapportait quand et où il était lu, et par qui, à la Centrale des licences. (Elle utilisait ces informations pour attraper les lecteurs pirates, mais aussi pour vendre des renseignements personnels à des détaillants.) La prochaine fois que son ordinateur serait en réseau, la Centrale des licences se rendrait compte. Dan, comme propriétaire d'ordinateur, subirait les punitions les plus sévères — pour ne pas avoir tout tenté pour éviter le délit.

Bien sûr, Lissa n'avait pas nécessairement l'intention de lire ses livres. Elle pourrait ne vouloir l'ordinateur que pour écrire son projet. Mais Dan savait qu'elle venait d'une famille de classe moyenne et qu'elle arrivait difficilement à payer ses frais de scolarité, sans compter ses frais de lecture. Lire les livres de Dan pourrait être sa seule façon d'obtenir son diplôme. Il comprenait cette situation; lui-même avait eu à emprunter pour payer pour tous les articles scientifiques qu'il avait eu à lire. (10% de ces frais allaient aux chercheurs qui écrivaient ces articles; puisque Dan visait une carrière académique, il pouvait espérer que si ses propres articles scientiques étaient souvent lus, il gagnerait un revenu suffisant pour rembourser sa dette).

Par la suite, Dan apprendrait qu'il y eut un temps où n'importe qui pouvait aller à la bibliothèque et lire des articles de journaux, et même des livres, sans avoir à payer. Il y avait des universitaires indépendants qui lisaient des milliers de pages sans subventions des bibliothèques gouvernementales. Maisdans les années 1990, les éditeurs aussi bien commerciaux qu'à but non lucratif avaient commencé à facturer l'accès. En 2047, les bibliothèques offrant un accès public gratuit à la littérature scientifique n'étaient qu'un pâle souvenir.

Il y avait des façons, bien sûr, de contourner la SPA et la Centrale des licences. Elles étaient elles-mêmes illégales. Dan avait eu un compagnon de classe dans son cours sur les logiciels, Frank Martucci, qui avait obtenu un outil illégal de déboguage, et l'avait utilisé pour outrepasser le code du moniteur de copyright quand il lisait des livres. Mais il en avait parlé à trop d'amis, et l'un d'eux l'a dénoncé auprès de la SPA pour une récompense (des étudiants criblés de dettes pouvaient facilement être tentés par la trahison). En 2047, Frank était en prison, non pas pour lecture pirate, mais pour possession d'un débogueur.

Dan apprendrait plus tard qu'il y eut un temps où n'importe qui pouvait posséder des outils de déboguage. Il y avait même des outils de déboguage disponibles gratuitement sur des CD ou qu'on pouvait télécharger du Net. Mais des usagers ordinaires commencèrent à s'en servir pour outrepasser les moniteurs de copyright, et finalement un juge a décidé que c'était devenu leur principale utilisation en pratique. Ceci voulait dire qu'ils étaient illégaux; les développeurs de ces débogueurs furent envoyés en prison.

Les programmeurs avaient encore besoin d'outils pour déboguer, bien sûr, mais les vendeurs de débogueurs en 2047 ne distribuaient que des copies numérotées, et seulement à des programmeurs officiellement licenciés et soumis. Le débogueur que Dan utilisait dans son cours sur les logiciels était gardé derrière un garde-barrière spécial afin qu'il ne puisse servir que pour les exercices du cours.

Il était aussi possible de contourner les moniteurs de copyright en installant un noyau système modifié. Dan apprendrait finalement l'existence de noyaux libres, et même de systèmes d'exploitation entièrement libres, qui avaient existé au tournant du siècle. Mais non seulement étaient-ils illégaux, comme les débogueurs, mais vous ne pouviez en installer un, si vous en aviez un, sans connaître le mot de passe de l'usager superviseur de votre ordinateur. Or, ni le FBI ni l'Aide technique Microsoft ne vous le révèlerait.

Dan conclut qu'il ne pouvait simplement prêter son ordinateur à Lissa. Mais il ne pouvait refuser de l'aider, car il l'aimait. Chaque chance de lui parler le remplissait d'aise. Et le fait qu'elle l'avait choisi pour demander de l'aide pouvait signifier qu'elle l'aimait aussi.

Dan résolut le dilemme en faisant une chose encore plus impensable — il lui prêta l'ordinateur, et lui dit son mot de passe. Ainsi, si Lissa lisait ses livres, la Centrale des licences penserait que c'était lui qui les lisait. C'était quand même un délit, mais la SPA ne s'en rendrait pas compte automatiquement. Ils ne s'en rendraient compte que si Lissa le dénonçait.

Bien sûr, si l'école devait un jour apprendre qu'il avait donné son propre mot de passe à Lissa, ce serait la fin de leurs études, peu importe ce à quoi le mot de passe aurait servi. La politique de l'école était que toute interférence avec ses mécanismes de surveillance de l'utilisation des ordinateurs par les étudiants était punissable. Il n'importait pas qu'aucun mal n'ait été fait — l'offense était de se rendre difficile àsurveiller par les administrateurs. Ils supposaient que ça signifiait que vous faisiez quelque chose d'autre qui était interdit, et ils n'avaient pas besoin de savoir de quoi il s'agissait.

Les étudiants n'étaient habituellement pas expulsés pour cela — pas directement. Ils étaient plutôt bannis des systèmes informatiques de l'école, et échouaient inévitablement leurs cours.

Plus tard, Dan apprendrait que ce genre de politique n'a commencé dans les universités que dans les années 1980, quand des étudiants commencèrent à être nombreux à utiliser des ordinateurs. Avant, les universités avaient une approche différente au sujet de la discipline auprès des étudiants; elles punissaient des activités qui causaient du tort, et non pas simplement celles qui soulevaient des doutes.

Lissa ne dénonça pas Dan à la SPA. La décision de Dan de l'aider mena à leur mariage, et les amena aussi à remettre en question ce qu'on leur avait enseigné durant leur enfance au sujet du piratage. Le couple se mit à lire sur l'histoire du copyright, sur l'Union soviétique et ses restrictions sur la copie, et même sur la Constitution originale des États-Unis. Ils déménagèrent à Luna, où ils trouvèrent d'autres gens qui comme eux avaient pris leurs distances par rapport au bras long de la SPA. Quand la révolte de Tycho commença en 2062, le droit universel de lire devint bientôt un de ses buts principaux.

Et bien, la directrice de la stratégie des contenus chez Orange, ancienne ministre de la culture, célèbre pour l'invention du "pare-feu OpenOffice", Christine Albanel elle-même, reprend l'idée pour elle. Voici ce qu'en dit Numerama :

Lire est un droit. Mais il faudra payer pour en bénéficier. C'est l'idée qu'a développé l'ancienne ministre Christine Albanel, reconvertie en directrice de la stratégie des contenus chez Orange.

C'est une formulation qui nous a laissée bouche bée, d'autant plus qu'elle émane d'une ancienne ministre de la Culture. Christine Albanel, aujourd'hui directrice exécutive d'Orange pour la communication, le mécénat et la stratégie dans les contenus, était dimanche soir invitée de l'émission Soft Power, sur France Culture. A cette occasion, celle qui a défendu la première loi Hadopi devant le Parlement a évoqué un "droit de lecture" que pourraient acquérir les consommateurs qui souhaitent lire un livre.

Christine Albanel a en effet expliqué la stratégie d'Orange sur les contenus, en prenant en exemple ce que souhaitait faire le groupe autour de la littérature, pour se distinguer des initiatives d'Amazon, Google ou Apple :

Dans le modèle sur lequel nous travaillons en ce moment - je ne sais pas s'il finira par aboutir, j'ai beaucoup d'espoir -, il y a l'idée d'essayer d'intégrer les libraires. Vous le savez, en France il y a un réseau de librairies absolument extraordinaire. Et bien pouvoir aller dans une librairie, acheter un bouquin, et que le libraire vous dise, je ne sais pas, que pour trois euros de plus "vous pouvez avoir la version numérique, et puis cet auteur a fait un autre bouquin que l'on ne trouve qu'en numérique, vous pouvez aussi le trouver sur cette borne...". Sachant que finalement vous achetez un droit de lecture, France Télécom Orange étant un tiers de confiance, étant celui qui va gérer votre droit de lecture, vous retrouvez beaucoup de vocations de France Télécom Orange : la capacité d'innovation, la sécurité, la pérennité,... et là je trouve que l'opérateur est complètement dans son rôle.

Or qui de mieux placée qu'une ancienne ministre de la Culture pour savoir qu'il n'existe pas de droit de lecture, et que c'est l'effrayante perspective de l'instauration d'un "droit de lire" qui a provoqué une levée de boucliers contre la loi DADVSI et sa protection juridique des DRM ? Le droit interdit la copie d'un livre, son adaptation, sa récitation en public,... mais jamais sa lecture. On ne peut interdire à quelqu'un qui n'a pas acheté un livre de l'emprunter à un ami pour le lire, ou de l'ouvrir dans la bibliothèque ou chez un libraire, pour le parcourir.

La vision exprimée par Christine Albanel est la plus terrible pour la culture. Elle aboutit à exclure ceux qui n'ont pas les moyens financiers, non plus seulement d'acheter les livres pour les posséder chez eux, mais tout simplement de les lire. Celle qui avait participé à l'élaboration du concept de "fracture sociale" aux côtés de Jacques Chirac plaide pour une fracture culturelle.

Sources :
GNU.org
SebSauvage
PC-Impact
Numerama

_________________
Si le spectacle électoral n'était pas si propice à l'expansion du marché, on ne nous le parachuterait pas en casque bleu, sac de riz à la main, mitraillette à l'épaule ! (René Binamé, quelques mots sur le cirque électoral).
avatar
Non2

Messages : 3620
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 57
Localisation : Ici, là et ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit de lire ... albanélisé !

Message  Loatse le Mer 2 Nov - 12:31

Je n'ai pas compris vraiment tout... au tout début, le récit de ces deux étudiants est bien une fiction ?

Aujourd'hui la lecture en ligne des auteurs contemporains est payante... seuls les classiques sont en accès gratuit et quelques auteurs "ésotériques"...

Il faut prendre en compte le fait que les écrivains et auteurs ont besoins de leurs droits d'auteur pour vivre... le tout numérique en libre accès marquerait la fin de la littérature...

En ce qui concerne les livres nécessaires à la scolarité que ce soient des ouvrages scientifiques ou autres, un système de bourse existe en france qui permet aux moins favorisés financièrement d'acheter ceux ci neufs ou d'occasion mais là, les éditeurs malins changent souvent les ouvrages d'une année sur l'autre ce qui fait que seulement une partie peut être acheté ou vendue d'occasion (j'ai ainsi un stock de livres de seconde et troisième inutilisables et dans un état neuf inutiles)..

Quand aux bibliothèques, certaines sont gratuites, d'autres demandent une modique participation....






_________________
Aimer beaucoup, comme c'est aimer peu ! On aime, rien de plus, rien de moins."
(Guy De Maupassant )
avatar
Loatse
Admin

Messages : 4614
Date d'inscription : 28/07/2009
Localisation : Planète Terre

Voir le profil de l'utilisateur http://luniverselle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit de lire ... albanélisé !

Message  Non2 le Mer 2 Nov - 13:29

Loatse a écrit:Je n'ai pas compris vraiment tout... au tout début, le récit de ces deux étudiants est bien une fiction ?
Oui.

Loatse a écrit:Aujourd'hui la lecture en ligne des auteurs contemporains est payante...
Pas toujours, certains auteurs se font connaitre en publiant en libre de droit le temps de se faire un nom.

Loatse a écrit:seuls les classiques sont en accès gratuit et quelques auteurs "ésotériques"...
En accès numérique, oui, ils sont en libre accès. En papier, il y a bien sûr les frais d'édition, etc.

Loatse a écrit:Il faut prendre en compte le fait que les écrivains et auteurs ont besoins de leurs droits d'auteur pour vivre... le tout numérique en libre accès marquerait la fin de la littérature...
Ce n'est pas la question ! Il ne s'agit pas ici de faire varier les droits d'auteurs, ni pour les supprimer là où ils existent, ni pour les appliquer là où ils n'existent pas ou plus. Il s'agit ici de faire payer au lecteur un droit de lire, c'est à dire que chaque consultation d'un livre, même libéré de droits, devrait être payé au FAI (Orange en l'occurrence). C'est le droit d'accès à la culture qui serait tarifé.

Loatse a écrit:En ce qui concerne les livres nécessaires à la scolarité ...
On ne parle encore que de lectures numériques, les livres papier ne sont pas concernés. Par contre, les versions numériques du livre papier seraient concernées, et les éditeurs de contenus feront pression sur les auteurs pour que les œuvres suivantes ne soient publiées qu'en numérique, pour augmenter les profits. En effet, un livre numérique pourrait être vendu avec un contrat d'utilisateur (comme les logiciels) qui stipulerait que chaque lecture est payante, que le livre numérique est à usage personnel, ne peut être prêté ni revendu, etc. Bref, la réalisation de la fiction décrite par Stallman.

Un bon exemple est celui des livres numériques d'Orwell disparus des lecteurs numériques Kindle ( http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/07/22/amazon-jette-1984-dans-le-trou-de-memoire_1221324_651865.html ). "1984" et "Animals Farm" avaient non seulement disparu des catalogues, mais les gens qui avaient déjà acheté ces livres ont eu la surprise de voir leur livre numérique effacé de leur appareil. Avec le projet d'Orange/Albanel, ce serait carrément chaque consultation d'un livre acheté qui serait payante, en plus des risques d'effacement, de censure, de surveillance des lectures, etc.

_________________
Si le spectacle électoral n'était pas si propice à l'expansion du marché, on ne nous le parachuterait pas en casque bleu, sac de riz à la main, mitraillette à l'épaule ! (René Binamé, quelques mots sur le cirque électoral).
avatar
Non2

Messages : 3620
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 57
Localisation : Ici, là et ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit de lire ... albanélisé !

Message  Loatse le Mer 2 Nov - 14:29

Effectivement, comme écrit sur l'un des commentaires de ton lien, on ne nous vend plus des biens mais des droits d'accès... ce qui fait que le risque de voir celui ci retiré n'est pas négligeable...

quand à Orange, ils peuvent toujours rêver.... la concurrence dont free (qui avait résisté à hadopi Smile, est là pour freiner son avidité...

A moinsse qu'ils ne deviennent tous fous.... plus rien ne m'étonne aujourd'hui, s'ils le pouvaient ils nous feraient payer l'air qu'on respire..

A propos de 1984, je l'ai pris à la bibliothèque là, je l'ai sous la main... mais sa lecture en livre de poche est problématique, celui ci étant écrit en corps de caractère 9 ou 7 et de façon très compacte... cela m'a découragé direct...

la version numérique m'intéresse donc.... Heureusement que je ne l'ai pas téléchargée (moyennant paiement bien entendu)...

ah dans le pire des scenarii, j'imagine que je l'ai téléchargé et que prêtant mon ordi à l'une des mes filles avec le contenu du livre donc, un zoom de ma caméra de surveillance maison nous prend sur le fait et hop amende voire prison pour vol.... :affraid:

1984.... c'est demain ? (faut que je finisse ce bouquin bordu)

_________________
Aimer beaucoup, comme c'est aimer peu ! On aime, rien de plus, rien de moins."
(Guy De Maupassant )
avatar
Loatse
Admin

Messages : 4614
Date d'inscription : 28/07/2009
Localisation : Planète Terre

Voir le profil de l'utilisateur http://luniverselle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit de lire ... albanélisé !

Message  Non2 le Mer 2 Nov - 22:44

Jacques Legendre, sénateur UMP, a proposé une loi qui vise à faire exploiter les droits des livres écrits par des auteurs inconnus par des sociétés privées ! Sont concernés les livres dont l'auteur est inconnu et édités avant le 31 décembre 2000.

Le butin serait partagé entre les éditeurs et les auteurs connus (pas forcément en rapport avec l'œuvre) ainsi qu'avec le "fonds d'aide à la création, à la diffusion du spectacle vivant et à des actions de formation des artistes" (lobby officiel de la culture officielle).

http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2011/11/02/19/40/21-en-vrac-40
http://www.scout123.net/auteur-inconnu-les-droits-dexploitation-seront-transferes-a-une-societe.html

_________________
Si le spectacle électoral n'était pas si propice à l'expansion du marché, on ne nous le parachuterait pas en casque bleu, sac de riz à la main, mitraillette à l'épaule ! (René Binamé, quelques mots sur le cirque électoral).
avatar
Non2

Messages : 3620
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 57
Localisation : Ici, là et ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit de lire ... albanélisé !

Message  Loatse le Jeu 3 Nov - 1:11

ah oui, tout de même !!! :evil: c'est à dire qu'un auteur ne pourra plus publier en ligne gratuitement mais sera obligé de passer par cette société privée...ou bien de déclarer ses écrits auprès d'une société d'édition et donc de faire valoir ses droits d'auteur....

Question : à partir de combien de pages de textes devient-on un auteur selon eux ??? Sera t'il encore possible d'écrire des "nouvelles" enfin des histoires comme celle d'Ambé sans tomber sous le coup de la loi ????

Pourquoi font ils cela ?????

_________________
Aimer beaucoup, comme c'est aimer peu ! On aime, rien de plus, rien de moins."
(Guy De Maupassant )
avatar
Loatse
Admin

Messages : 4614
Date d'inscription : 28/07/2009
Localisation : Planète Terre

Voir le profil de l'utilisateur http://luniverselle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit de lire ... albanélisé !

Message  Non2 le Jeu 3 Nov - 3:40

Loatse a écrit:Pourquoi font ils cela ?????
Il y a plusieurs réponses possibles. D'une part, tout est bon pour faire du profit, y compris l'appropriation de ce qui appartient à d'autres ou à tous. C'est le même principe qui a permis à des multinationales de l'immobilier, de l'énergie, des mine, etc. de s'approprier des terres qui étaient publiques, appartenant sans papier depuis des siècles à des tribus indiennes par exemple. D'autre part la privatisation du domaine et de l'espace publics permet d'en contrôler l'accès, et une population sans instruction et sans culture est plus facile à exploiter.

Il faut se souvenir que des gens comme ça sont toujours proches de partis comme l'UMP en France, le MR en Belgique, le Tea-Party des républicains néocons aux USA, etc., et qu'un des buts de ces partis est de supprimer tout ce qui est public lorsque ça ne sert pas des intérêts privés.

_________________
Si le spectacle électoral n'était pas si propice à l'expansion du marché, on ne nous le parachuterait pas en casque bleu, sac de riz à la main, mitraillette à l'épaule ! (René Binamé, quelques mots sur le cirque électoral).
avatar
Non2

Messages : 3620
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 57
Localisation : Ici, là et ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit de lire ... albanélisé !

Message  Loatse le Jeu 3 Nov - 4:48

non2 dit : une population sans instruction et sans culture est plus facile à exploiter.

1) Il y a plus d'inconvénients que d'avantages à maintenir une population privée de l'accès à la culture, notamment parce que celle ci sera poussé à créer sa propre culture, qui sans les bases (outils de reflexions), risque de se retourner violemment contre les instigateurs de cette idée aussi sotte que grenue... Smile

2)D'autre part, c'est aussi prendre les gens pour des cons et considérer que sans l'outil internet, les avides de savoir ne se bougeront pas les fesses pour aller à la bibliothèque...

sauf si l' on fermait ou réglementait l'accès aux bibliothèques pour créer une elite seule détentrice du savoir universel... mais là c'est retour à la case 1... Smile


_________________
Aimer beaucoup, comme c'est aimer peu ! On aime, rien de plus, rien de moins."
(Guy De Maupassant )
avatar
Loatse
Admin

Messages : 4614
Date d'inscription : 28/07/2009
Localisation : Planète Terre

Voir le profil de l'utilisateur http://luniverselle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit de lire ... albanélisé !

Message  Non2 le Jeu 3 Nov - 10:50

Je verrais plus vite venir un retour à la case 0, pré-germinal ...

_________________
Si le spectacle électoral n'était pas si propice à l'expansion du marché, on ne nous le parachuterait pas en casque bleu, sac de riz à la main, mitraillette à l'épaule ! (René Binamé, quelques mots sur le cirque électoral).
avatar
Non2

Messages : 3620
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 57
Localisation : Ici, là et ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit de lire ... albanélisé !

Message  Loatse le Jeu 3 Nov - 13:45

C'est vrai que le pessimisme ca fait vachement avancer les choses.... :x

Tu le dis toi même : nous sommes le nombre...alors on peut toujours espérer que, le sachant, certains ne pousseront pas le bouchon trop loin Smile

_________________
Aimer beaucoup, comme c'est aimer peu ! On aime, rien de plus, rien de moins."
(Guy De Maupassant )
avatar
Loatse
Admin

Messages : 4614
Date d'inscription : 28/07/2009
Localisation : Planète Terre

Voir le profil de l'utilisateur http://luniverselle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit de lire ... albanélisé !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum