Economie /

 :: ARCHIVES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Economie /

Message  Loatse le Lun 1 Aoû - 12:10

En cours de traduction... aide bienvenue... Smile

“Hudson says that – in every country and throughout history – debt always grows exponentially, while the economy always grows as an S-curve.

Moreover, Hudson says that the ancient Sumerians and Babylonians knew that debts had to be periodically forgiven, because the amount of debts will alwayssurpass the size of the real economy.

For example, Hudson noted in 2004:

Mesopotamian economic thought c. 2000 BC rested on a more realistic mathematical foundation than does today’s orthodoxy. At least the Babylonians appear to have recognized that over time the debt overhead became more and more intrusive as it tended to exceed the ability to pay, culminating in a concentration of property ownership in the hands of creditors.

***

Babylonians recognized that while debts grew exponentially, the rest of the economy (what today is called the “real” economy) grows less rapidly. Today’s economists have not come to terms with this problem with such clarity. Instead of a conceptual view that calls for a strong ruler or state to maintain equity and to restore economic balance when it is disturbed, today’s general equilibrium models reflect the play of supply and demand in debt-free economies that do not tend to polarize or to generate other structural problems.

And Hudson wrote last year:

Every economist who has looked at the mathematics of compound interest has pointed out that in the end, debts cannot be paid. Every rate of interest can be viewed in terms of the time that it takes for a debt to double. At 5%, a debt doubles in 14½ years; at 7 percent, in 10 years; at 10 percent, in 7 years. As early as 2000 BC in Babylonia, scribal accountants were trained to calculate how loans principal doubled in five years at the then-current equivalent of 20% annually (1/60th per month for 60 months). “How long does it take a debt to multiply 64 times?” a student exercise asked. The answer is, 30 years – 6 doubling times.

No economy ever has been able to keep on doubling on a steady basis. Debts grow by purely mathematical principles, but “real” economies taper off in S-curves. This too was known in Babylonia, whose economic models calculated the growth of herds, which normally taper off. A major reason why national economic growth slows in today’s economies is that more and more income must be paid to carry the debt burden that mounts up. By leaving less revenue available for direct investment in capital formation and to fuel rising living standards, interest payments end up plunging economies into recession. For the past century or so, it usually has taken 18 years for the typical real estate cycle to run its course.

Hudson calls for a debt jubilee, and points out that periodic debt jubilees were a normal part of the Sumerian, Babylonian and ancient Jewish and Christian cultures. Economist Steve Keen and economic writer Ambrose Evans-Pritchard also call for a debt jubilee.

If a debt jubilee is not voluntarily granted, people may very well repudiate their debts.”

_________________
Aimer beaucoup, comme c'est aimer peu ! On aime, rien de plus, rien de moins."
(Guy De Maupassant )
avatar
Loatse
Admin

Messages : 4614
Date d'inscription : 28/07/2009
Localisation : Planète Terre

Voir le profil de l'utilisateur http://luniverselle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Economie /

Message  Non2 le Lun 1 Aoû - 13:23

Traduction garantie artisanale et avec coquilles ... :
Hudson dit que - dans chaque pays et à travers l'histoire - la dette augmente toujours exponentiellement, alors que l'économie croît toujours comme une courbe en S [sinusoïdale].

Par dessus tout, Hudson dit que les anciens Sumériens et Babyloniens savaient que les dettes devaient être périodiquement oubliées, parce que le montant de la dette surpassera toujours la taille de l'économie réelle.

Par exemple, Hudson a noté en 2004 :

L'économie mésopotamienne vers 2000 avant notre ère reposait sur un fondement mathématique plus réaliste que l'orthodoxie actuelle. Au moins les Babyloniens semblaient avoir reconnu qu'avec le temps la montée de la dette devenait de plus en plus intrusive et tendait à excéder la capacité de payement, culminant dans une concentration de propriété dans les mains des créditeurs.

***

Les Babyloniens reconnaissaient que quand les dettes grandissaient exponentiellement, le reste de l'économie (qui est appelée aujourd'hui "économie réelle) grandissait moins rapidement. Les économistes d'aujourd'hui n'ont pas posé le problème en termes aussi clairs. A la place d'une vue conceptuelle qui appelle à des règles fortes ou à l'état pour maintenir l'équité et restaurer la balance économique lorsqu'elle est perturbée, les modèles d'équilibrage général d'aujourd'hui reflètent le jeu de l'offre et de la demande dans des économies libres de dettes qui ne tendent pas à polariser ou à générer d'autres problèmes structurels. [?????]

Et Hudson a écrit l'année passée :

Chaque économiste qui a regardé vers les mathématiques d'intérêts composés a fait remarquer qu'au bout du compte, les dettes ne peuvent pas être payées. Chaque taux d'intérêt peut être vu en terme du temps qu'il prend pour doubler une dette. A 5%, une dette double en 14 ½ ans ; à 7% en 10 ans. Aussi tôt qu'en 2000 ACN à Babylone, les scribes comptables étaient entrainés à calculer comment le principal d'un prêt doublait en cinq ans au taux alors courant de 20% annuel (1/60ème par mois pour 60 mois). "Combien de temps cela prend-il à une dette pour être multipliée par 64 ?" demandait un exercice d'étudiant. La réponse est 30 ans - 6 fois le temps de doubler.

Aucune économie ne peut garder le doublement sur une base stable. La dette grandit par des principes purement mathématiques, mais les économies réelles s'estompent en courbes en S. Ceci aussi était connu à Babylone, dont les modèles économiques étaient calculés sur l'agrandissement des troupeaux qui normalement s'estompaient. Une raison majeure pour laquelle l'économie nationale ralentit dans les économies actuelles est que de plus en plus d'intrants doivent être payés pour régler le fardeau de la dette qui s'élève. En laissant moins de revenu disponible pour l'investissement direct en formation de capital et pour accroître les standards de vie, le payement des intérêts finit par plonger les économies dans la récession. Pour le siècle passé ou à peu près, il a fallu d'ordinaire 18 ans pour que ce cycle d'état réel typique [????] arrive à sa fin.

Hudson appelle la dette jubilé, et pointe que les jubilés de dettes faisaient normalement partie des cultures sumérienne, babyloniennes, juives et chrétiennes anciennes. L'économiste Steve Keen et l'écrivain économique Ambrose Evans-Pritchard en appellent aussi à un jubilé de la dette.

Si un jubilé de dette n'est pas volontairement garanti, le peuple pourrait très bien répudier ses dettes."

_________________
Si le spectacle électoral n'était pas si propice à l'expansion du marché, on ne nous le parachuterait pas en casque bleu, sac de riz à la main, mitraillette à l'épaule ! (René Binamé, quelques mots sur le cirque électoral).
avatar
Non2

Messages : 3620
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 58
Localisation : Ici, là et ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Economie /

Message  Loatse le Mar 2 Aoû - 1:06

Merci beaucoup non 2 pour ce superbe travail..je me suis prise la tête moi.... d'ou la mise de coté du doc..

interessant cette histoire de remise de dette nécessaire... on y viendra surement enfin à moinsse qu'on nous laisse crever la bouche ouverte...

c'est selon... Sad

_________________
Aimer beaucoup, comme c'est aimer peu ! On aime, rien de plus, rien de moins."
(Guy De Maupassant )
avatar
Loatse
Admin

Messages : 4614
Date d'inscription : 28/07/2009
Localisation : Planète Terre

Voir le profil de l'utilisateur http://luniverselle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Economie /

Message  Non2 le Mar 2 Aoû - 2:12

Tu auras remarqué que je n'ai pas bien compris toutes les tournures anglo-saxonnes ... Embarassed

On y viendra de toute façon, au plus tard quand on aura tous crevé la bouche ouverte ! :D :affraid:

_________________
Si le spectacle électoral n'était pas si propice à l'expansion du marché, on ne nous le parachuterait pas en casque bleu, sac de riz à la main, mitraillette à l'épaule ! (René Binamé, quelques mots sur le cirque électoral).
avatar
Non2

Messages : 3620
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 58
Localisation : Ici, là et ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Economie /

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: ARCHIVES

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum