Fukushima : Les risques réels....

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Fukushima : Les risques réels....

Message  Loatse le Dim 17 Juil - 3:45

Effectivement, non2, la criirad a effectué des analyses à Fukushima qui sont alarmantes.. les russes ont évacué pour beaucoup moins que cela leurs populations...

Alors, quand j'entend les pro nuc dirent que les autorités sont en train de décontaminer la zone, j'ai envie de me frapper la tête contre les murs Suspect euh, de leur frapper la tête contre les murs.....

pour la simple et logique raison que ces réacteurs fuient toujours et libèrent chaque jour leur dose de radiactivité rajoutant ainsi du becquerel au becquerel existant... une histoire sans fin....

Quand là dessus, on prend connaissance du fait que ces pauvres gens se voient introduits dans les chaines de distribution alimentaire du boeuf dont les taux de radioactivité sont bien au delà du maximum légal, on reste bouche bée devant tant de cynisme qui a tout du comportement criminel..

_________________
Aimer beaucoup, comme c'est aimer peu ! On aime, rien de plus, rien de moins."
(Guy De Maupassant )
avatar
Loatse
Admin

Messages : 4614
Date d'inscription : 28/07/2009
Localisation : Planète Terre

Voir le profil de l'utilisateur http://luniverselle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fukushima : Les risques réels....

Message  Non2 le Dim 17 Juil - 8:29

En passant en ville tout à l'heure avec ma sœur, on s'est fait la réflexion que le niveau de la Meuse est bien bas ... et apparemment, il n'y a pas que la Meuse !

Alerte maximale pour les centrales nucléaires !!!
dimanche 17 juillet 2011 - 17h41

Et bien sûr pas un mot là-dessus dans les médias aux ordres. C’est les vacances, ça tombe bien. Il faut aller faire un tour sur le blog de kokopelli avec des nouvelles de Fukushima et un point sur la situation à Fort Calhoun mais aussi sur les gros problèmes que connaissent d’autres centrales. Pourquoi cette inertie ?

Observatoire du nucléaire - Communiqué du 8 juillet 2011

Sécheresse : alerte maximale pour les centrales nucléaires

  • Le débit de la Loire bat tous les records de faiblesse alors que l’été ne fait que commencer
  • EDF gaspille les réserves des barrages pour tenter de sauver l’image du nucléaire
  • EDF doit stopper immédiatement la centrale nucléaire de Saint-Laurent (Loir-et-Cher)
  • EDF doit stopper au plus vite les centrales de Dampierre (Loiret) et Belleville (Cher)
  • Les centrales de Golfech (Tarn-et-Garonne) et Civaux (Vienne) sous peu en difficulté
  • L’ASN doit rejeter la demande de dérogation d’EDF pour la centrale de Cruas (Ardèche)


La sécheresse qui frappe la France depuis plusieurs mois commence à avoir des effets très importants alors que l’été ne fait que commencer : il faut savoir que le débit des rivières baisse en général jusqu’à fin septembre voire jusqu’à début octobre.

Or, en ce début juillet, le débit de la plupart des rivières et d’ores et déjà d’une incroyable faiblesse, et la situation s’aggrave très rapidement ces jours-ci. C’est en particulier le cas de la Loire (voir les données ici : bit.ly qAcbF7 ) :

Risque Fukushima à Saint-Laurent (Loir-et-Cher) ?

A Orléans, à proximité de la centrale nucléaire de Saint-Laurent (Loir-et-Cher), le débit de la Loire est tombé à 37m3/s. Or cette centrale doit être arrêtée lorsque le débit de la Loire est inférieur à 46m3/s, et ce afin de pouvoir pomper l’eau nécessaire au refroidissement des réacteurs à l’arrêt (soit 1,5 m3/s), ce qui pourrait s’avérer impossible si le débit de la Loire baissait encore (les prises d’eau de la centrale ne sont plus opérantes bien avant que la rivière ne soit à sec). Un scénario comparable à celui de Fukushima (fusion des cœurs) n’est pas à exclure si cette centrale n’est pas stoppée au plus vite.

Limites atteintes à Dampierre (Loiret) et Belleville (Cher)

A Gien (Loiret), où se trouve la station de mesure du débit de référence pour les centrales de Dampierre (Loiret) et Belleville (Cher), le débit est passé sous les 50 m3/s, limite en deçà de laquelle les autorités doivent demander à EDF de réduire ou même arrêter le fonctionnement de ces deux centrales. La situation est encore plus critique lorsqu’on sait que le "débit reconstitué" (c’est à dire tel qu’il serait sans les lâchers d’eau des barrages situés en amont) est désormais inférieur à 30 m3/s !

Gaspillage des réserves hydrauliques par EDF pour protéger l’image du nucléaire

Du coup, pour tenter de sauver la face et gagner du temps en espérant des précipitations providentielles, EDF gaspille massivement les réserves des barrages de Naussac (situé sur l’Allier, affluent de la Loire) et surtout de Villerest (situé sur la Loire) alors que ce dernier est aussi producteur d’hydroélectricité : cette énergie propre et renouvelable est sacrifiée au profit de l’électricité nucléaire, dangereuse et polluante. EDF ne veut en aucun cas reconnaître devant l’opinion publique que le parc nucléaire est mis en échec par le réchauffement climatique, c’est à dire exactement l’inverse de la propagande de l’industrie nucléaire qui prétend effrontément lutter contre ce réchauffement.

Débit d’alerte en vue à Golfech (Tarn-et-Garonne) et Civaux (Vienne)

D’ici 3 à 4 jours, le "débit d’alerte renforcée" sera atteint par la Garonne à Lamagistère, la station de référence pour la centrale nucléaire de Golfech (cf http://www.eptb-garonne.fr/partenai... ). Là aussi, il est probable que les réserves d’eau disponibles dans divers barrages (51 hm3 au total) vont être fortement mises à contribution dès ce début juillet, alors que la campagne de soutien d’étiage doit durer jusqu’à fin septembre/début octobre.

A Civaux, le débit de la Vienne est artificiellement maintenu au dessus de 10m3/s par des lâchers d’eau, principalement depuis le barrage de Vassivière, mais ces réserves sont proches de leur fin : le plan d’eau a une vocation touristique et EDF n’a pas la possibilité d’y puiser l’eau à sa guise. (cf débit près de la centrale : http://www.eau-poitou-charentes.org... )

EDF demande à l’ASN une incroyable dérogation pour la centrale nucléaire de Cruas (Ardèche)

A ce jour, la centrale nucléaire de Cruas ne peut rejeter dans le Rhône ses produits chimiques et radioactifs que lorsque le débit est supérieur à 500m3/s. Or, le 1er juin, EDF a déposé auprès de l’ASN une demande de dérogation (voir document ) pour pouvoir rejeter ces produits toxiques lorsque le débit est supérieur à 350m3/s seulement. La limite de 500m3/s, déjà fort laxiste, a été décidée pour préserver autant que faire se peut le Rhône de pollutions majeures. Or, si la centrale peut effectuer ses rejets lorsque le débit est à peine supérieur à 350m3/s, la dilution sera encore plus mauvaise et les pollutions radioactives et chimiques seront encore plus graves. l’Observatoire du nucléaire demande à l’ASN de rejeter la demande de dérogation de la centrale de Cruas (et les éventuelles autres demandes de dérogation pour d’autres centrales).
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article119152
pale

_________________
Si le spectacle électoral n'était pas si propice à l'expansion du marché, on ne nous le parachuterait pas en casque bleu, sac de riz à la main, mitraillette à l'épaule ! (René Binamé, quelques mots sur le cirque électoral).
avatar
Non2

Messages : 3620
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 57
Localisation : Ici, là et ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fukushima : Les risques réels....

Message  Non2 le Dim 31 Juil - 1:15

Plus personne n'en parle, même si tout le monde sait que rien n'est réglé ....

J'ai pourtant trouvé un article, écrit par un chaudronnier, M. Hirado Norio, il y a bien des années. Un chaudronnier ? Oui. En fait, personne n'est mieux placé qu'un ouvrier qui travaille sur place et qui connait son métier pour pouvoir repérer les problèmes concrets, ceux qui n'ont rien à voir avec les plans même les mieux conçus, ceux liés à l'incompétence de beaucoup, ceux liés aux problèmes techniques et qui sont supposés être réglés par des spécialistes économiques, et ainsi de suite.

Ce document n'est pas nouveau, il date de 1996 et a été écrit suite à deux événements :
1.- le tremblement de terre de Kobé en 1995
2.- la prise de conscience de ce technicien suite au cancer qui l'emportera en 1997.

C'est long, mais ça vaut la peine de le lire pour se rendre compte de la distance entre les déclarations des sociétés (et des gouvernements) et la réalité, ainsi que des causes de cette distance.

Il est lisible à cette adresse :
http://www.legrandsoir.info/nucleaire-temoignage-de-mr-hirado-norio-technicien-chaudronnier-redige-en-1996-mort-du-cancer-en-1997.html

_________________
Si le spectacle électoral n'était pas si propice à l'expansion du marché, on ne nous le parachuterait pas en casque bleu, sac de riz à la main, mitraillette à l'épaule ! (René Binamé, quelques mots sur le cirque électoral).
avatar
Non2

Messages : 3620
Date d'inscription : 03/01/2010
Age : 57
Localisation : Ici, là et ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fukushima : Les risques réels....

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum