Georges Méliès et Aristide Maillol : 150 ans chacun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Georges Méliès et Aristide Maillol : 150 ans chacun

Message  minette le Jeu 8 Déc - 1:06

Né à Paris le 8 décembre 1861, le magicien Georges Méliès aurait eu 150 ans cette année, tout comme le sculpteur Aristide Maillol, né le même jour à Banyuls-sur-Mer.

Le premier a proprement inventé le 7ème Art ; le deuxième a réinventé les canons de la beauté féminine...

Georges Méliès (1861 - 1938)
Le fondateur du 7ème Art

Le prestidigitateur Georges Méliès a 33 ans quand il assiste à la première séance publique des frères Lumière. Cela se passe le 28 décembre 1895, au Grand Café du boulevard des Capucines, à Paris.

Ébloui, il entrevoit le premier la dimension artistique du cinéma et va la révéler au public.

Visionnaire

Fils de famille aisée, Georges Méliès a fait son service militaire à Blois, la ville du prestidigitateur Robert Houdin (1805-1871). C'est ainsi qu'il a découvert sa vocation. Il va à Londres s'initier à la magie et, de retour à Paris, vend ses parts dans l'entreprise familiale pour acheter le petit théâtre parisien de Robert Houdin. Très vite, il acquiert à son tour une belle réputation de prestidigitateur.

Après la séance mémorable des frères Lumière, il se porte acquéreur de leur appareil. Mais Auguste refuse de le vendre, lui disant : «Remerciez-moi, je vous évite la ruine, car cet appareil, simple curiosité scientifique, n'a aucun avenir commercial !»

Sans se décourager, Georges Méliès fabrique son propre appareil à l'imitation de celui des frères Lumière. C'est le «kinétograph». Dès 1896, pour renouveler l'intérêt du public, il a l'idée de monter des fictions et invente les premiers effets spéciaux du cinéma.

L'histoire de cette invention est curieuse : Georges Méliès était en train de tourner une scène de rue sur les grands boulevards quand son appareil s'est bloqué pendant une minute. Au développement, il a découvert sur la pellicule un omnibus Madeleine-Bastille soudainement mué en... corbillard ! Tandis que son technicien se disposait à jeter la pellicule, il l'en empêcha, saisissant tout de suite le ressort comique de l'incident (Stanley Kubrick perçait déjà sous le magicien).

Georges Méliès s'attire d'emblée un grand succès auprès du public par sa fantaisie et son imaginaire qui tranchent avec la vulgarité de la plupart des réalisateurs de l'époque. Aujourd'hui encore, son art suscite l'intérêt des professionnels et des amateurs.

À Montreuil-sous-Bois, près de Paris, il ouvre en 1897 un studio cinématographique, crée sa propre compagnie, la Star-Film, et, dans les deux décennies suivantes, va réaliser un millier de films.

Dépassé par le succès




Méliès réalise en 1902 un premier «long métrage» avec son chef-d'oeuvre : Le voyage dans la lune, en s'inspirant d'un roman de H.G. Wells publié l'année précédente : Les premiers hommes dans la Lune.

Il investit dans le projet 30.000 francs, une somme pharamineuse pour l'époque. Le tournage dure quatre mois, de mai à août 1902, et la première séance a lieu le 1er septembre 1902.

Le film d'une durée exceptionnelle de 16 minutes rebute dans un premier temps les forains auxquels il est présenté. Ils craignent qu'il ne leur fasse perdre des recettes, une projection en remplaçant quatre ! Le cinéaste convainc néanmoins l'un d'eux de faire un essai à la Foire du trône, à Paris.

Le public est comblé et le film est bientôt diffusé en des centaines d'exemplaires dans le monde entier, y compris aux États-Unis. C'est le premier film d'exportation. Il est vrai que le muet surmonte aisément les barrières de langue.


Gloire et oubli

Le génial créateur est élu président du Congrès international des éditeurs de films en 1909 mais il est ensuite rapidement dépassé par le succès mondial du cinéma. Qui plus est, la Grande Guerre de 1914-1918 porte un coup fatal au cinéma européen et favorise l'émergence des studios d'Hollywood.

Georges Méliès doit jeter l'éponge en 1923 faute d'avoir donné à sa compagnie une dimension industrielle. Ruiné, il doit liquider ses biens et vendre ses caisses de films. Il ne nous en reste plus qu'une cinquantaine.

Sans perdre son sourire ni son indestructible optimisme, il se reconvertit en vendant des jouets dans la galerie commerciale de la gare Montparnasse avec sa deuxième épouse. Reconnu par hasard par d'illustres cinéastes, il obtiendra, grâce à une mobilisation de la profession, de finir paisiblement sa vie au château d'Orly, la maison de retraite du cinéma.
avatar
minette

Messages : 666
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : bande de p'tits curieux va !!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum